"Liquidation" d'Imre Kertész

Publié le par Orhan Laxness

LiquidationQuelle sombre et pesante ambiance! Qu'attendre d'autre d'ailleurs d'une histoire portant un tel titre. Tout suinte une sourde et froide violence. Pas de couleurs non plus ni de sourires; encore moins de rires. Mais l'omniprésence de la tristesse, de la peine, de la douleur et de la mort. Le contexte: les débuts du post communisme en Hongrie. Les acteurs: un écrivain suicidé, son ami éditeur, leurs amies, maitresses ou épouses. La mort de l'écrivain, né dans les camps d'Auschwitz des entrailles d'une femme mourante, lance l'éditeur sur les traces du dernier opus que, selon lui, n'a pu manquer d'écrire, avant de se liquider, son ami. La quête de ces pages, gravées à l'acide d'une existence jugée indue par son propriétaire même et devant constituer de ce fait un parangon de sagesse aigre et acerbe, passe inévitablement par les femmes qui doivent  immanquablement  l'avoir partiellement, tout au moins, inspiré. Mais ce livre existe-t-il réellement?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article